Vous êtes ici

Deux pièces de Wallonie-Bruxelles au FTA

Laboratoire poison - © Vincent Arbelet, 2021
Laboratoire poison - © Vincent Arbelet, 2021.

La 16e édition du FTA - Festival TransAmériques, festival international de danse + théâtre, aura lieu du 25 mai au 9 juin 2022 à Montréal. Deux spectacles de Wallonie-Bruxelles seront au coeur de cette foisonnante programmation tournée vers l'Afrique cette année.

Le festival accueillera Traces – Discours aux Nations Africaines d'Étienne Minoungou et Felwine Sarr, et la nouvelle création de la bruxelloise Adeline Rosenstein Laboratoire poison.

 

Du 3 au 5 juin, le FTA présentera l’œuvre puissante d’Étienne Minoungou et de Felwine Sarr Traces – Discours aux Nations Africaines. Traces est l’électrisant aboutissement de la rencontre entre deux grands esprits de l’Afrique contemporaine, le visionnaire économiste et philosophe sénégalais Felwine Sarr et l’immense homme de théâtre burkinabè Étienne Minoungou. Ensemble, convoquant l’Histoire, la mémoire des peuples et l’élévation de la pensée, ils imaginent ce théâtre prophétique comme un espace de partage où peut se refaire, littéralement, le monde.

L’Afrique en marche

Devant nous, avec comme seule compagnie un joueur de kora, un homme s’approprie les forces du langage et prend la parole pour s’adresser à l’Afrique entière avec la dignité, la bienveillance et la puissance qu’engendrent les révélations radicales. Son discours se répercute comme un coup de tonnerre auprès de la jeunesse de toutes les nations de son continent. Avec ferveur, il l’appelle à relever la tête et à s’émanciper, afin d’être pour la planète entière l’origine et le moteur d’une civilisation future plus humaine.

 

Du 7 au 9 juin, ce sera au tour du Laboratoire Poison d’Adeline Rosenstein de fouler les planches du festival. S’opposant aux discours univoques et homogènes, Adeline Rosenstein fabrique un théâtre documentaire qui ne se contente pas d’adoucir l’aridité du verbatim.

Laboratoire poison

Comment et à quel profit pratique-t-on tour à tour la glorification et la démystification des mouvements de résistance ? Partisan·e·s communistes belges pendant l’occupation allemande, résistant·e·s de gauche français·e·s au cœur de la Guerre d’Algérie, acteur·rice·s des luttes pour la décolonisation au Congo : qu’avons-nous à retenir de leurs témoignages ? La rigoureuse Adeline Rosenstein et son infatigable équipe affrontent, en toute humilité, la complexité de l’Histoire.

Nous sommes à un engagement radical : remettre en question les mécanismes que nous mettons en branle pour former nos jugements. Dans une chorégraphie millimétrée, corps, archives et photographies vivantes se renvoient la balle à un rythme jouissif. Les 12 interprètes, passionnants conteurs, semblent capables d’incarner des centaines, des milliers d’individus, qui rappellent la masse, celle des révolté·e·s face au mur de l’autorité. Dense, instructif et jubilatoire !

 

Galerie: 
Laboratoire poison - © AnnahSchaeffer, 2021
Laboratoire poison - © Vincent Arbelet, 2021
Traces - Discours aux nations africaines  - © Veronique-Vercheval, 2021
Traces - Discours aux nations africaines  - © Veronique-Vercheval, 2021

Articles liés